Menu

TRAITEMENTS POUR LE PALUDISME

 

Cadre clinique

Les symptômes du paludisme simple peuvent être particulièrement vagues.

La maladie peut ne pas être correctement diagnostiquée si les professionnels de la santé ne savent pas que le paludisme est une possibilité.

Étant donné que le paludisme, s'il n'est pas traité, peut évoluer vers des formes graves pouvant être rapidement mortelles (moins de 24 heures), il doit toujours être pris en considération dans le cas de patients ayant déjà été exposés (principalement dans le cas de voyages antérieurs ou résidence dans les zones touchées).

Les symptômes les plus fréquents sont la fièvre et les frissons, qui peuvent être associés à des maux de tête, des myalgies, des arthralgies, une faiblesse, des vomissements et de la diarrhée. Les symptômes cliniques supplémentaires comprennent une splénomégalie, une anémie, une thrombocytopénie, une hypoglycémie, une dysfonction pulmonaire ou rénale et des changements neurologiques.

Le tableau clinique peut varier considérablement en fonction de l'espèce infectante, du niveau de parasitémie et de l'état du système immunitaire du patient. Les infections causées par P. falciparum sont parmi celles qui peuvent plus facilement devenir graves et potentiellement mortelles ; elles impliquent le système nerveux central (paludisme cérébral) et peuvent provoquer une insuffisance rénale aiguë, une anémie sévère ou un syndrome d'insuffisance respiratoire aiguë.

D'autres espèces peuvent également provoquer de graves symptômes. Les complications données par P. vivax incluent la splénomégalie (avec rarement une rupture splénique) tandis que celles données par P. malariae incluent le syndrome néphrotique.

Le paludisme peut être une maladie grave et potentiellement mortelle - en particulier lorsqu'elle est causée par P. falciparum - pour laquelle le traitement doit commencer dès que possible.

Une perfusion intraveineuse continue doit être administrée dans le cas de patients souffrant d'un paludisme grave causé par P. falciparum ou qui ne peuvent pas prendre de médicaments par voie orale.

La plupart des médicaments utilisés à des fins thérapeutiques agissent contre la forme parasitaire du sang (celle qui cause la maladie) et comprennent :

  • chloroquine
  • atovaquone-proguanil (Malarone®)
  • artemether-lumefantrine (Coartem®)
  • méfloquine (Lariam®)
  • quinine
  • quinidine
  • doxycycline (utilisée en association avec la quinine)
  • clindamycine (utilisée en association avec la quinine)
  • artésunate

La primaquine est également active contre la forme hépatique dormante du parasite (hypnozoïtes) et empêche toute rechute. La primaquine ne doit pas être prise par les femmes enceintes ni par les personnes présentant une carence en G6PD (glucose-6-phosphate déshydrogénase). Les patients ne doivent pas prendre de primaquine jusqu'à ce qu'un test de contrôle ait exclu une carence en G6PD.

Le traitement d'un patient atteint de paludisme dépend de :

  • le type (espèce) du parasite infectant
  • la zone où l'infection a été contractée et l'état de résistance aux antipaludiques
  • le tableau clinique du patient
  • autres conditions médicales ou maladies
  • un état de grossesse
  • allergies aux médicaments ou autres médicaments pris par le patient

 

https://www.cdc.gov/dpdx/malaria/index.html



® 2021 | https://www.stopmalaria.it/
e-mail:

+39 06 89479213
+39 328 1757410

Dernire actualisation: 18:07 - 08/04/2021
Privacy - Condizioni d'uso | Cookie Policy
Haut de la page...